Un enseignement d'éthologie vétérinaire qui bouge, pour une relation homme-chien plus éhique

Compte-rendu de l’EPU d’éthologie vétérinaire des 12,13 et 14 Novembre 2009 à l’ENVA

« Les travaux scientifiques manquent pour nommer la nature de la relation homme-chien, et l’exportation du mode social du loup vers le chien domestique ne repose sur aucune étude validée ; il faut donc se méfier des transpositions aveugles », c’est ce qu’ont souhaité affirmer ces premières journées d’éthologie vétérinaire conçues et organisées en partenariat entre l’ENVA et l’association SEEVAD. Si les émotions du chien sont globalement bien comprises par l’homme, « lire un chien sans à priori, l’observer sans l’étiqueter, analyser ses comportements et ses émotions sans l’estampiller d’une maladie » des propos que revendique le Dr Vieira, Présidente de SEEVAD, et qui ont fait vibrer l’assistance autour de la connaissance des besoins éthologiques du chien. De nombreux confrères ont participé à cet enseignement novateur où se sont succédés des exposés interactifs et pratiques alternativement théoriques et cliniques, très appréciés. Les conférenciers ont réussi ce pari d’emporter l’adhésion des participants à ces journées, dans une ambiance très chaleureuse.

SEEVAD s’est donné ainsi l’objectif de former la profession vétérinaire à un mode de réflexion plus éthique autour du respect des besoins de l’animal.

Le cadre de l’ENVA a posé les bases de cet enseignement original qui s’adressait aux praticiens et aux étudiants, et qui sera proposé régulièrement.

Le Professeur Bertrand Deputte a rappelé la notion de socialité et ses caractéristiques chez canis familiaris. Il a expliqué et dénoncé les erreurs souvent faites autour des concepts de hiérarchie et d’attachement, le chien étant une espèce nidicole et dont la nature commensale de l’homme a profondément modifié sa plasticité sociale.

Le Dr Monique Bourdin a rappelé l’importance des signaux de communication et leur analyse pour comprendre les interactions sociales.

Le Dr Géraldine Dalibard a détaillé les grands principes autour de la notion de « ressources », et leur prise en compte dans la relation interspécifique homme-chien.

Les troubles du comportement en lien avec les disciplines médicales, les prédispositions génétiques et la neurophysiologie ont été largement développés. Le Dr Isabelle Vieira a expliqué comment comprendre et étudier chaque cas par une analyse fonctionnelle autour d’un bilan émotionnel de chaque situation-problème et de l’ensemble des activités du chien, et d’un bilan des renforcements.

L’éclairage s’est voulu scientifique et éthique, au delà des polémiques sur les modèles. Les dernières connaissances sur la domestication du chien et sa relation à l’homme, la notion essentielle de tempérament, les procédures d’apprentissages et leurs applications, les principes de psychopharmacologie et un nouvel abord de la sémiologie comportementale ont nourri les débats autour des troubles du comportement et leur résolution. L’idée essentielle est qu’un regard précis et sincère, une analyse fine des interactions, et une bonne connaissance des multiples renforcements permettent toujours une prise en charge efficace et enrichissante.

Le Dr Vieira a conclu : « L’éthologie vétérinaire n’est pas une nouvelle science mais une approche moderne et internationale des problèmes de comportements qui se nourrit de l’éthologie cognitive et se veut résolument appartenir à la branche vétérinaire. »